Un nouveau collège, une nouvelle pédagogie

Classé dans : Actualités | 0

Pour la rentrée 2019-2020, le sixième collège d’Aubervilliers ouvrira ses portes à ses élèves. Un cadre novateur pour une pédagogie unique en son genre.

C’est un collège très attendu. Son chantier, dont la livraison était prévue à la rentrée 2018, a accusé un léger retard en raison, principalement, de problèmes météorologiques. « Hors de question de mettre en péril les travailleurs ! Nous avons préféré arrêter le chantier », précise-t-on à la Direction du département de Seine- Saint-Denis. Une précaution qui a demandé un peu de patience aux élèves de 6e et 5e, qui découvriront enfin, au retour de leurs vacances de décembre, les nouveaux locaux du collège Gisèle Halimi .

UN BÂTIMENT NOVATEUR

Situé rue Sadi Carnot, dans le centre ville, ce sixième collège d’Aubervilliers a répondu à un défi de taille (6 000 m). « Il a fallu recourir à une architecture compacte, tout en facilitant le fonctionnement, l’accessibilité et la qualité du bâtiment », explique Alban Simonet, à la tête du cabinet Alcyone architecture en charge de sa conception. Le bâtiment, tout en transparence, s’étire ainsi sur 120 m et privilégie une construction en hauteur avec une nuance fondamentale : « La volumétrie du bâtiment est dégressive : imposante en amont de la rue pour se greffer aux nouveaux logements de cinq niveaux qui vont être construits, saccadée en aval pour revenir au tissu urbain moins dense », précise Alban Simonet. Il  s’agissait pour les architectes de « prendre en compte l’histoire de la ville en s’incarnant dans un présent dynamique et un avenir très intéressant ». Le côté « usine » du bâtiment avec sa toiture en shed (dents de scie) est le témoignage du passé industriel d’Aubervilliers, tout comme la richesse des matériaux utilisés – terre cuite, métal, verre, brique et bois – est le miroir de «cette ville, riche de populations de toutes origines ». Ici, il s’agit d’« une usine à savoir » où deux entités sont reliées par « une connexion unique », le bâtiment
scolaire, d’un côté et un gymnase « semi-enterré », et des logements de fonction de l’autre. Les deux reliés par « une unique connexion intérieure ».

UNE PÉDAGOGIE INNOVANTE

Ce collège coopératif et polytechnique proposera une pédagogie unique en son genre, avec pour ambition de faire travailler les enseignants et les élèves autrement. Une nouvelle approche issue de réflexions et d’expériences sur les pratiques scolaires dites alternatives, menées par un collectif (2CPA) de personnels de l’Éducation nationale, d’universitaires
et de personnes tout simplement intéressées à l’idée de « travailler différemment ». Concrètement, les professeurs alterneront douze heures de cours traditionnels et douze heures
d’activités en commun.
Chaque session durera 1 h 30 au lieu des 50 minutes de rigueur dans les établissements de l’enseignement général. L’objectif est de décloisonner les matières et les classes en instaurant des ateliers pluridisciplinaires, ce qui permettra aux élèves « d’explorer les connaissances intellectuelles et manuelles ».
Une organisation destinée à donner plus d’autonomie aux élèves et qui entend associer étroitement les parents à la vie du collège. « Parfois, on doit se substituer aux défaillances de l’Éducation nationale par une politique volontariste. » Des espaces seront partagés par les élèves, les associations locales et les clubs sportifs car le collège se veut ouvert sur son  environnement.
« C’est une vraie réflexion par rapport à nos quartiers, à nos villes. C’est un projet pédagogique qui répond à un véritable besoin »
, ajoute le collectif. Le collège s’inscrit dans le cadre du plan Ambition collège 2015-2020 de la Seine- Saint-Denis, qui investit 640 millions d’euros pour construire, rénover ou moderniser des établissements, car « l’éducation est une priorité pour le département ».
Avec des orientations fortes : ouverture sur la Ville, cadre éducatif serein, accès aux nouvelles technologies, centre de culture et de connaissances au cœur du collège, respect de l’environnement (éclairage naturel, récupération de l’eau de pluie, terrasses végétalisées…).
Ce sont 28 millions d’euros qui ont été alloués à Aubervilliers pour son sixième collège. La Ville a déjà obtenu du département qu’un septième collège voit le jour, pour la rentrée 2019, dans le quartier en pleine mutation du Campus Condorcet.

 Céline Raux- Samaan

Laissez un commentaire